Macaíba propose des ateliers de percussions et de sensibilisation à la culture brésilienne.

Basé sur la transmission orale, le mimétisme et le jeu, l'apprentissage des percussions brésiliennes est accessible à tous, du débutant au musicien confirmé, pour les enfants, dès l'age de 8 ans, et les adultes.

Autour de la pratique des percussions, une découverte plus générale du Brésil est proposée, sous la forme d'un échange agrémenté de supports (vidéos, photos, drapeau, instruments,...).

Les ateliers peuvent être ponctuels, pour une simple découverte, ou plus réguliers. On pourra, par exemple, préparer un répertoire qui sera présenté lors d'une fête de quartier ou un carnaval. Dans tous les cas et dès la première séance, tout le monde pourra jouer un rythme commun et avoir la sensation de faire partie d'un ensemble de percussions.

 

 

 

Développement personnel

Les ateliers mettent en valeur la complémentarité de chacun au sein d'une batucada (ensemble de percussions brésiliennes). Ils permettent ainsi :

-  la découverte d'une autre culture et d'autres valeurs,

- d'apprendre à écouter l'autre, de développer l'esprit d'équipe,

- d'avoir une approche musicale et d'assimiler des bases rythmiques,

- de canaliser son énergie dans une pratique collective,

- de développer le toucher, la sensibilité et la mémoire auditive,

- de permettre un développement psychomoteur, une dissociation,

- de respecter un cadre et des règles pour un but collectif

 

Mixité

Autour d'une pratique musicale commune, les ateliers permettent des échanges entre des personnes provenant d'environnements sociaux, de sexes, ou avec des handicaps différents. C'est le principe de mixité qui fait le succès des Ecoles de Samba de Rio, des groupes de Maracatu de Recife et plus largement du phénomène Batucada dans le monde.

 

Notre expérience

 L'association Macaiba anime des ateliers depuis 2006. Exemples d'intervention :

- Team building : plusieurs interventions en entreprise pour une expérience collective hors du commun !

- Quartier de Malakoff : ateliers hebdomadaires avec représentations dans l'année (groupe Malak'aíba)

- Ateliers sur le temps périscolaire (TAP et CEL) dans plusieurs écoles nantaises

- Collège : découverte des percussions brésiliennes et production d'un spectacle avec le professeur de musique

- Maison de Quartier de Doulon (Acoord / I.E.M. La Marrière), groupe d'enfants valides et handicapés (projet "A Rapaziada")

- Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs d'Orvault : ateliers pendant les vacances scolaires

- Ecoles de musique : constitution d'un groupe pour participer à un festival

 

 

Les instruments

Selon les ateliers, les instruments utilisés seront les suivants :

Agogo et gonguê : petite cloche double et grosse cloche simple, elles donnent généralement le tempo.
Afaía ou tambour du Maracatu, fait de deux peaux animales serrées sur un fut en bois avec des cordes. Les premiers alfaías étaient fabriqués avec des barriques où on y mettait le tissu. Ensuite les alfaias ont été fabriqués dans le tronc du Macaíba, un palmier du Nordeste brésilien, avant qu’on utilise des mélanges de bois plus légers. Les phrases d’alfaía s’appellent des « Baques » (Luanda, Ymalé, Martelo....).
Agbé (ou Xéquéré) : d’origine africaine, fait d’une calebasse entourée d’un filet de perles, l’abé donne le swing au Maracatu.
Ganza ou mineiro : tube métallique contenant des graines, il donne également le swing du Maracatu.
Caíxa : caisse-claire, elle peut être en bois ou en métal. Instrument technique, elle se pose sur les phrases du Gongué et accompagne les phrases d’alfaia, elle exécute également des introductions et des relances.
Timbal : instrument complémentaire, se joue avec les mains à la manière d’un djembé. Légère, elle permet de jouer tout en défilant.  
     

Des supports vidéo, audio et des accessoires relatifs au Brésil sont également utilisés. Macaíba met à disposition son propre matériel.

 

Pour tous renseignements, n'hésitez pas à nous contacter.